30 sept Mélanie Pavy & Idrissa Guiro メラニー・パヴィ&イドゥリッサ・ギロ

Mélanie Pavy est titulaire d’une double maitrise en Histoire et en ethnologie. Elle s’est orientée vers le cinéma après avoir été l’assistante d’Agnès Varda pendant quelques mois. Après une formation en montage, elle devient chef monteuse et mène des projets entre anthropologie et cinéma, notamment à l’occasion de résidences au Brésil et au Portugal.

Idrissa Guiro est un acteur de la scène graffiti parisienne avant de devenir assistant aux archives de l’agence Magnum où ses fonctions l’amènent à entreprendre un travail photographique et documentaire. Durant plusieurs années, il effectue des voyages en Afrique, en Asie et en Amérique Latine, d’abord comme photographe indépendant puis comme caméraman, avant de se tourner vers le cinéma documentaire. Son premier film, Barcelone ou la mort, est présenté au MOMA à New York et primé dans une dizaine de festivals internationaux, dont Cinéma du Réel où il reçoit le prix Louis Marcorelles.

Mélanie Pavy et Idrissa Guiro ont séjourné à la Villa Kujoyama de janvier à juillet 2012. Pendant leur résidence ils ont réalisé une part importante du travail sur leur film documentaire intitulé Cendres. Ce film retrace le parcours de deux femmes de générations différentes à travers les images du voyage d’Akiko, des carnets intimes que sa mère lui a légués et des archives de films français des années 60.

Si les images étaient tournées en amont de leur résidence au Japon, le séjour à la Villa Kujoyama leur a permis de construire la narration du film et trouver l’équilibre entre les différents matériaux qui le composent (images documentaires, archives, extraits de films, lectures des carnets…).

Après avoir reçu un accueil chaleureux dans de nombreux festivals (Entrevues de Belfort, 2013 ; Hiroshima International Film Festival, 2014 ; Festival International du film de Namur, 2014…) le film sort en salles en France le 10 juin 2015.

affiche-cendres

A propos de Cendres

L’histoire de la fabrication de ce film est assez particulière car intimement liée au deuil de Kyoko Kosaka. Quinze jours avant notre départ pour le Japon (une année avant notre séjour à la Villa), nous ne savions pas que nous allions faire ce film.

Tout a commencé au bord du canal Saint-Martin, à Paris, où nous revoyions Akiko que nous avions perdue de vue depuis de nombreuses années. Elle nous raconte la situation dans laquelle elle se trouve, depuis la mort de sa mère et les questionnements profonds qui l’habitent. Elle a récemment découvert les apparitions de sa mère dans les films de la Nouvelle Vague, sa vie tumultueuse, un premier carnet (elle en retrouvera ensuite 9 autres, dans la cave de sa mère, durant le tournage). Beaucoup d’informations mais également beaucoup de mystères et de zones d’ombres.

Cette histoire nous a tout de suite touchée car elle faisait échos à des questionnements intimes que nous avions respectivement sur la double culture, la mort, la mémoire, la transmission…

Rapidement l’idée d’un film est apparue et nous nous sommes revus avec Akiko pour lui proposer. Son père cinéaste et sa mère actrice, l’idée de faire de cette étape de sa vie un film a immédiatement fait sens pour elle. Elle a accepté que nous la suivions au Japon pour ramener les cendres de sa mère et a convaincu sa famille au Japon, de nous laisser filmer la cérémonie funéraire.

15 jours plus tard, nous étions donc avec elle dans l’avion vers Hiroshima pour l’accompagner. Nous n’avions, à l’époque, qu’une idée assez vague de ce que nous allions trouver mais, au vu de ce que nous savions déjà, nous avions l’intime conviction qu’il se passerait quelque chose de singulier durant ces retrouvailles familiales à Hiroshima. C’était un instant qu’il ne fallait pas rater même si nous devions revenir ultérieurement au Japon pour compléter le tournage.

Durant ce tournage nous avons fait le choix de travailler sans traducteur. Nous montions grossièrement des bouts à bouts de nos rushes tous les soirs et nous nous faisions simplement traduire dans les grandes lignes, les dialogues des situations que nous avions filmées. Cela nous obligeait à nous concentrer pendant le tournage, sur la chorégraphie des corps dans l’espace, sur les attitudes, les regards, en essayant avant tout de capter les tensions et les relations que nous percevions entre les personnes que nous filmions. Cette manière très instinctive de tourner le film, si elle a des inconvénients, nous a donné une grande liberté et a permis également de libérer la parole de la famille qui s’est très peu souciée de notre présence… Notre caméra aurait probablement été beaucoup plus intrusive et gênante pour eux, si nous avions été japonais.

Si une grande partie du film est en effet construite sur cette cérémonie funéraire qui n’a duré qu’une seule journée, nous avons accompagné Akiko durant 5 semaines au Japon et jusqu’à son retour en France. Il était ensuite absolument nécessaire pour nous de pouvoir se poser pendant plusieurs mois afin d’appréhender l’ensemble des rushes, de les faire traduire en détail et de construire véritablement le récit du film.

Nous avons commencé à écrire avec l’idée de retourner au Japon pour compléter et terminer le film et avons eu, à l’issue de ce travail d’écriture, la chance que le projet soit sélectionné pour être développé dans le cadre de la Villa Kujoyama, ce qui nous donné la possibilité d’être résident durant 7 mois à Kyoto.

Mais, une fois au Japon et au fur et à mesure que nous traduisions les rushes et commencions véritablement à travailler sur la structure du film, nous avons finalement fait le choix de pas tourner de séquences supplémentaires. Nous n’avons utilisé que le tournage d’origine et les films que nous avions entre temps retrouvés grâce à Akiko et à nos recherches dans les archives de fonds audiovisuels, aux États-Unis et en Suisse. Au total, en plus de nos rushes, nous avions trois films de la Nouvelle Vague, une correspondance entre François Truffaut et Kyoko Kosaka et près de 2 000 pages de son journal personnel.

Durant les mois à la Villa, nous avons fait traduire la totalité de ces carnets et avons ensuite fait un très long travail de sélection. Nous nous sommes concentrés sur quelques étapes-clés de la vie de Kyoko et en particulier, sur celles qui faisaient écho à la vie d’Akiko. Bien que leur relation puisse paraître ponctuée de rencontres ratées et de malentendus, au fur et à mesure que nous découvrions la vie de Kyoko Kosaka, un étonnant jeu de miroir apparaissait avec la trajectoire dans laquelle nous avions suivie sa fille, Akiko.

Nous nous sommes ensuite attachés à construire la narration du film. Nous avons commencé à rassembler et organiser les extraits des carnets en les associant à des photogrammes issus des rushes et des archives et à différents types de notes, écrites sur des dizaines de post-it de couleurs différentes. Petit à petit, une étonnante arborescence a gagné tous les murs de notre studio à la Villa.

Nous avions également installé notre banc de montage dans la même pièce et projetions nos images sur un écran géant. En quelques jours, notre studio s’était transformé en un mélange d’installation, de salle de montage et de salle à manger.

Plus nous avancions et plus nous sentions dans cette histoire que nous construisions, une juxtaposition permanente entre le passé et le présent, le réel et la fiction, Kyoko et Akiko, la vie et la mort. Il nous fallait donc trouver comment faire coexister les différents matériaux que nous avions pour recréer cet équilibre dans le film. L’un des deux personnages n’était plus là mais elle avait laissé des images et des textes (un visage et une voix). Cependant, et contrairement au statut qu’ont généralement les archives en cinéma documentaire, les traces que nous avions de Kyoko provenaient d’œuvres de fiction, des film et une autofiction, son carnet. De plus, alors que les carnets parcouraient presque 60 ans d’existence, sur les images que nous avions choisies, Kyoko avait éternellement 30 ans. Et c’est précisément en accentuant cet entrecroisement des temps et ce recours à la fiction, que nous avons essayé de renforcer l’aspect fantomatique de sa présence et son caractère mythique, idéalisé.

Le film est aujourd’hui terminé et a été récemment projeté pour la première fois au Japon, à Hiroshima. Nous avons eu de très bons retours du public japonais ce qui nous a particulièrement touché, car faire un film dans une société qui n’est pas la sienne est une chose très délicate et les raccourcis sont vites arrivés, particulièrement au Japon. Et s’il y a une forme de justesse dans le film c’est d’abord grâce à la confiance que nous accordée les personnes filmés mais c’est également, en  grande partie, lié à ce séjour à la Villa Kujoyama, qui nous a procuré, en plus du  temps nécessaire de l’expérimentation, l’occasion de nous imprégner de la culture japonaise. Et les temps de vie quotidienne ont sans doute eu autant d’importance que les temps de travail pur. Ce séjour a d’ailleurs un peu bouleversé notre rapport au travail car nous nous sommes aperçus que cette manière de travailler était idéale pour notre mode de fonctionnement et nous avons d’ailleurs décidé, pour nos nouveaux projets, de rester vivre plusieurs mois dans le pays où nous tournions, afin de recréer ces conditions que nous avaient donné la Villa Kujoyama.

 

Mélanie Pavy et Idrissa Guiro, février 2015.

LES RESIDENTS レジデント


Catherine Abecassis

Olivier Adam

Philippe Adam

Ondrej Adamek

Antoine d'Agata

Lucie Albon

Yan Allegret

Agnès del Amo

Anne Appathurai

Yann Appery

Luc Arasse

Pascal Auger

Noriko Baba

Muriel Barbery

Armel Barraud

Eric Baudelaire

Bruno Bayen

Catherine Beaugrand

Vincent Beaurin

Pascal Beausse

Beb Deum

Malek Bensmaïl

Isabelle Berthet-Bondet

Didier Bezace

Rasim Biyikli

Gérard Boidin

Frédéric Boilet

André Bon

Philippe Bonnin

Joël Borgès de Freitas

Florence Bost

Olivier Boucheron

Jérôme Boulbès

Christophe Bourguedieu

Charles Bove

Laurence Brabant

Lisa Bresner

Xavier Brillat

Véronique Brindeau

Julie Brock-Peverelly

Benoît Broisat

Jean-Baptiste Bruant

Christine Buci-Glucksmann

Judith Cahen

Patrick Cahuzac

Sidonie Camplan & Florence Doléac-Stadler

Camille de Casabianca

Jean-François Cavro

Pierre Charpin

Michèle Chatenet

Anne-James Chaton

Yves Chauris

Sylvain Chauveau

Claude Chestier

Miguel Chevalier

François Christophe

Laurent Colomb

Mié Coquempot & Jérôme Andrieu

Sébastien Cordoléani & Franck Fontana

Marc Couturier

Hélène de Crécy

Nicolas de Crécy

Elisabeth Creseveur

Thibault Cuisset

Céline Curiol

Maurice Delaistier

Virginie Delannoy

Lin Delpierre

Marc Deneyer

Denis Dercourt

Ligia Dias

Renaud Djian

Violaine Donadello Szapary

Matthieu Doze

Bertrand Dubedout

Isabelle Dupuy

Eric Duranteau

Isabelle Duthoit

Jérôme Duval

Vincent Eggericx

Touhami Ennadre

Claude Estèbe

Pierre Faure

Eric Faye

Florent Feyrabend

Nicolas Fiévé

Jean-Charles Fitoussi

Roland Flexner

Aboubackar Fofana

Philippe Forest

Maïder Fortuné & Loïc Serot

David Fourier

Philippe Freling

Anne Frémy

Pal Frenak

Nathalie Gachet

Pierre Gajeswski

Didier Galas

Sandrine Garbuglia & Stéphane Ferrandez

Alain Gaussin

Le Gentil Garçon

Eric Germain

Christian Ghion & Patrick Nadeau

Agnès Giard

Pierre Giner

Franck de Gioanni

Thierry Girard

Fabien Giraud

Pierre Gonnord

Dominique Gonzalez-Foerster

Antoine Gournay

Didier Goury

Philippe Grégoire

Catherine Grout

Emmanuel Guibert

Emilie Hanak

Martine Harlé

Georges Heintz

Lukas Hemleb

Michel Henritzi

Jean-Luc Hervé

François Hiffler & Pascale Murtin

Pierre-Alain Hubert

Emmanuelle Huynh

Christian Jaccard

Catherine Jami

Nikolas Jankovic

Isabelle Jarry

Daniel Jeanneteau

Bernard Joisten

Laurent Joubert

Véronique Joumard

Martine Jullien

Raffi Kaiser

Yann Kassile

André Kneib

Marzena Komsta

Géraldine Kosiak

Biruta Kresling

Sonia Kronlund

Pierre La Police

Pierre Labat

Philippe Laleu

Xavier Lambours

Eric Lamoureux & Héla Fattoumi

Luc Lang

Hacène Larbi

Nadia Lauro & Jennifer Lacey

Marion Laval-Jeantet & Benoît Mangin

Joëlle Léandre

Véronique Legendre

Guillaume Leingre

Brigitte Lemaine

Nadine Lère

Jean-Michel Letellier

Giulio Lichtner

Florence Lipsky

Martine Locatelli

José Manuel Lopez

Hubert Lucot

Benoît Maillard

Eric Maillet

Julien Maire

Jean-François Malamoud

Pierre Malphettes

Philippe Manoury

Philippe Marinig

Marion

Xavier Martel

Laurence Martin

Laurent Martin

Agathe May

Christine Mennesson

Matthieu Mercier

Christian Merlhiot

Eric Mézil

Franck Micheletti

Laetitia Mikles

Céline Minard

Eugène de Montalembert

Xavier Moulin

Valérie Mréjen & Bertrand Schefer

Ladan Shahrokh Naderi

Sylvie Nayral

Patrick Neu

Rémi Nicolas

Natacha Nisic

Dominique Noguez

Gilbert Nouno

Elodie Nourrigat

Charles-André Nouvellet

Laurent Pariente

Alexandre Périgot

Nestor Perkal

Marc Petitjean

Fabrice Planquette

Frédéric Pollet

Antonin Potoski

Andoche Praudel

Cécile Proust

Rafaël Lain & Angela Detanico

Philippe Rahm

Rainer Oldendorf

Pascal Rambert

Thierry Ravassard

Fabrice Ravel-Chapuis

Olivier Reneau

Thomas B. Reverdy

Nadine Ribault

Alain Rigout & Satchie Noro

Eric Sadin

Olivier Saillard

Valério Sannicandro

Santiago Sempere

Marie Sester

Valérie Sigward

Claire-Mélanie Sinnhuber

Morgan Sportes

Janusz Stega

Geneviève Stephenson

Oscar Strasnoy

Didier Theron

Renaud Tissot Boris

Laure Tixier

Kasper Toeplitz

Vincent Tordjman

Jean-Philippe Toussaint

Claudia Triozzi

Maria Donata d'Urso & Wolf Ka

Xavier Veilhan

Gisèle Vienne

Pierre Vinclair

Yassen Vodenitcharov

Ornela Vorpsi

Daniel Walravens

David Wampach

Philippe Weisbecker

Zaven Paré

Jean-Marc Zelwer & Françoise Lattuada